Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

   Editorial

Et bien, c'est simple : l'idée est que nous ne pouvons plus accepter de nous laisser tyranniser par la politique du négativisme tous azimuts qui fait que l'on ne nous parle que de ce qui va mal, alors que partout dans le monde et à tout instant, des milliers de gestes, de paroles, de décisions, d'évènements, d'hommes sont porteurs de positif, d'espoir, de générosité, de progrès, d'humanité. Il est grand temps de se bouger : à nous de les chercher, de les débusquer, d'y prêter attention, et surtout d'en parler autour de nous.

Nous ne sommes pas programmés pour désespérer de tout. Nous sommes aussi capables du meilleur.

Mettons en route la spirale du "mieux sur terre" pour en finir avec la spirale infernale du négativisme et tous ensemble nous en sortirons vainqueurs, plus humains et  plus heureux encore !!!

Isabelle, une terrienne

Visitez Nos Sites Amis

25 mai 2011 3 25 /05 /mai /2011 17:18

img1731.jpg              Les capteurs ont du nez

 

    Ni pic, ni cap, ni péninsule, le nez électronique n'a rien d'impressionnant dans sa forme, mais il connaît une percée spectaculaire. Ce capteur sensoriel a su s'imposer dans l'industrie agroalimentaire en permettant de vérifier à la fois sécurité et qualité des aliments. En effet, le nez humain a ses faiblesses. S'il reste maître dans la sensibilité olfactive, il se fatigue et s'enrhume... Tandis que son alter ego artificiel est capable, lui, d'humer avec constance la fraîcheur d'un poisson, la primeur d'un fruit, la qualité d'un déodorant, et de déterminer
à la fragrance le moindre défaut de fabrication. Aux Etats-Unis, la Food and Drug Administration s'est équipée de nez électroniques développés par la société toulousaine Alpha Mos, leader mondial dans cette activité, afin de contrôler les poissons et crustacés péchés dans le golfe du Mexique et de détecter les traces d'hydrocarbures.
     

     « Son principe de fonctionnement est simple, explique Jean-Christophe Mifsud, président dAlpha Mos. Les capteurs analysent des moléculesvolatiles puis les transforment en signaux électriques. Lesquels sont transmis à un ordinateur. Un logiciel traduit ces signaux,  restitue l'empreinte, qui sera comparée à celles figurant sur une base de données préalablement constituée. »

 

     Et les applications ne cessent de s'étendre. D'abord dans le champ environnemental, avec le contrôle des émissions de polluants gazeux, tels que les composés organiques volatils (COV), ou la surveillance des effluences émanant des usines d'équarrissage.Dans le domaine militaire : la Direction Générale de l'Armement (DGA) et le groupe Thaïes vont équiper les véhicules de combat de nez électroniques afin de repérer gaz et toxines. Sans omettre les espoirs en médecine, avec des nez électroniques « dépisteurs » de pathologies.

 

     D'ores et déjà, des chercheurs israéliens ont mis au point des capteurs diagnostiquant précocement, via l'haleine des patients, des maladies rénales et certaines tumeurs comme le cancer du poumon.

 

M. B.-C. du Figaro Magazine

Partager cet article

Repost 0
Published by dumieuxsurterre.over-blog.com - dans Recherche
commenter cet article

commentaires