Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

   Editorial

Et bien, c'est simple : l'idée est que nous ne pouvons plus accepter de nous laisser tyranniser par la politique du négativisme tous azimuts qui fait que l'on ne nous parle que de ce qui va mal, alors que partout dans le monde et à tout instant, des milliers de gestes, de paroles, de décisions, d'évènements, d'hommes sont porteurs de positif, d'espoir, de générosité, de progrès, d'humanité. Il est grand temps de se bouger : à nous de les chercher, de les débusquer, d'y prêter attention, et surtout d'en parler autour de nous.

Nous ne sommes pas programmés pour désespérer de tout. Nous sommes aussi capables du meilleur.

Mettons en route la spirale du "mieux sur terre" pour en finir avec la spirale infernale du négativisme et tous ensemble nous en sortirons vainqueurs, plus humains et  plus heureux encore !!!

Isabelle, une terrienne

Visitez Nos Sites Amis

17 janvier 2014 5 17 /01 /janvier /2014 18:00
Comment Medellin a-t'elle été sauvée de la violence ?

A Medellin, en Colombie, l'urbanisme social contre la criminalité.

"Quand j'ai enquêté pour écrire mon livre, il était impossible d'entrer dans certains quartiers de Medellin autrement qu'introduit par des adolescents en armes. La ville est construite dans une cuvette, et la plupart des secteurs à flanc de collines étaient inaccessibles. Vingt ans après, on peut se promener partout. Pour cela, il a fallu l'action d'une équipe municipale non corrompue et les efforts combinés de l'architecture, de la culture et d'un accompagnement social pointu.

Le fer de lance de cette transformation a été le Metrocable, un téléphérique qui monte jusqu'aux quartiers les plus isolés et qui a permis de les désenclaver.Parallèlement avec beaucoup de persuasion, des travailleurs sociaux ont fait admettre l'idée d'y implanter des lieux culturels dignes de ce nom.
Aujourd'hui, la bibliothèque Espana, deux grands blocs noirs construits dans la Comuna Norte, le plus violent de ces quartiers, est devenue le symbole de ce nouveau Medellin. Elle accueille des milliers de visiteurs par an.Le même effort a été fait en direction des écoles, avec ce principe simple : envoyons les meilleurs professeurs dans les pires quartiers. Cela aussi a fonctionné. Les bandes ont fini par déménager.

Un gigantesque tas d'ordures de 45 mètres de haut, à côté du fleuve Medellin, a pu être arasé et un centre culturel a été construit à la place. Cela peut paraître trop beau pour être vrai. De fait tout n'est pas parfait : la violence n'a pas disparu partout, et elle a parfois simplement été déplacée. mais le chemin parcouru reste énorme, et je suis aujourd'hui, fier de ma ville, devenue un modèle que Rio et Caracas cherchent à imiter."

la réponse d'Alonso Salazar*, auteur colombien, recueillie par Hubert Prolongeau , pour Télérama.

*Alonso Salazar: né en 1960, journaliste et écrivain. Auteur d'un livre choc sur les bandes de Medellin "Des enfants tueurs à gages", il a été aussi maire de la ville de 2008 à 2011.

Comment Medellin a-t'elle été sauvée de la violence ?

Partager cet article

Repost 0
Published by une terrienne
commenter cet article

commentaires

Françoise 20/01/2014 07:23

quel espoir quand on voit ce que donne la collaboration de gens honnêtes et courageux

Une terrienne 20/01/2014 19:17

C'est sûr ! ça redonne espoir.