Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

   Editorial

Et bien, c'est simple : l'idée est que nous ne pouvons plus accepter de nous laisser tyranniser par la politique du négativisme tous azimuts qui fait que l'on ne nous parle que de ce qui va mal, alors que partout dans le monde et à tout instant, des milliers de gestes, de paroles, de décisions, d'évènements, d'hommes sont porteurs de positif, d'espoir, de générosité, de progrès, d'humanité. Il est grand temps de se bouger : à nous de les chercher, de les débusquer, d'y prêter attention, et surtout d'en parler autour de nous.

Nous ne sommes pas programmés pour désespérer de tout. Nous sommes aussi capables du meilleur.

Mettons en route la spirale du "mieux sur terre" pour en finir avec la spirale infernale du négativisme et tous ensemble nous en sortirons vainqueurs, plus humains et  plus heureux encore !!!

Isabelle, une terrienne

Visitez Nos Sites Amis

12 janvier 2013 6 12 /01 /janvier /2013 13:34
0
 


Lire des livres pour sortir de prison

                   Les prisonniers brésiliens peuvent voir leur peine carcérale réduite.                  

                      Comment  ? En lisant des livres.

 

D

 e nombreux philosophes et écrivains sont unanimes : la lecture libère l’esprit. Et au Brésil, elle peut libérer des hommes. Une deuxième chance pour les 473627 détenus du pays.

L

e principe est simple : un livre lu = 4 jours de liberté. Tous les genres littéraires ( philosophie, science, etc.) sont mis a disposition des prisonniers. Ces derniers ont quatre semaines pour lire un livre de leur choix et disserter dessus. La copie est ensuite soumise à un jury qui décidera si la personne peut obtenir, ou non, une remise de peine. Au total, le détenu peut gagner jusqu’à 48 jours de détention en moins sur une année !

"Le  livre  est  un  outil  de  liberté",  Jean  Guéhenno.


L

’ancien détenu Erwin James approuve ce système en regrettant de ne pas y avoir participé. Mais à travers les livres, il a trouvé une autre forme de liberté :

“Les livres que j’ai lus en prison ne m’ont pas donné une réduction de peine, mais ils m’ont aidé à devenir celui que je voulais être”.
U

ne belle philosophie que certaines associations tentent d’instaurer en France.


 

 

Quand Pédaler rend la liberté ...

 

Quand Pédaler rend la liberté

 

Les prisonniers brésiliens pouvaient déjà réduire leurs peines en lisant des livres, maintenant ils peuvent aussi le faire en pédalant. Une bonne nouvelle pour eux et pour ceux qui profiteront de l'électrivité ainsi générée.


1 livre lu = 4 jours de liberté. C’est l’équation avec laquelle les prisonniers brésiliens ont appris à composer. Et pour ne pas déroger au vieil adage « Un esprit sain dans un corps sain », le gouvernement brésilien a récemment décidé de leur proposer un autre marché. Pour 8 heures de vélo par jour pendant 3 jours, ils gagneront 1 jour de réduction de peine. Ce n’est pas de tout repos mais après tout, on n’a rien sans rien !

L

’idée est venue au juge José Henrique Mallmann alors qu’ils découvraient des salles de gym américaines exploitant l’énergie produite sur les vélos. Et l’expérience montre que la proposition séduit. C’est du moins le cas à la prison de Santa Rita do Sapucai, à l’Est du pays. Là-bas, 8 prisonniers ont choisi de joindre l’utile à l’agréable puisqu’en plus d’y gagner en liberté, ils permettent aux rues de la ville d’être éclairées pendant la nuit. Et les autorités prévoient déjà d’installer très rapidement davantage de vélos.

« Avant, on passait nos journées enfermés dans nos cellules. Maintenant, on est à l’air libre et on produit de l’électricité pour la ville », commente Silva, un détenu de 38 ans, visiblement satisfait.
L

’initiative fait partie d’un ensemble de mesures prises par le gouvernement brésilien dans le but de rendre plus supportable le quotidien des détenus dans les prisons surpeuplées du pays. Et si le projet, comme les autorités l’espèrent, pouvait aider à limiter les risques de récidive, ce serait définitivement une bonne nouvelle.

  Nathalie Mayer, pour newzitiv.com

 

 
 

Partager cet article

Repost 0
Published by une terrienne - dans Sociologie
commenter cet article

commentaires