Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

   Editorial

Et bien, c'est simple : l'idée est que nous ne pouvons plus accepter de nous laisser tyranniser par la politique du négativisme tous azimuts qui fait que l'on ne nous parle que de ce qui va mal, alors que partout dans le monde et à tout instant, des milliers de gestes, de paroles, de décisions, d'évènements, d'hommes sont porteurs de positif, d'espoir, de générosité, de progrès, d'humanité. Il est grand temps de se bouger : à nous de les chercher, de les débusquer, d'y prêter attention, et surtout d'en parler autour de nous.

Nous ne sommes pas programmés pour désespérer de tout. Nous sommes aussi capables du meilleur.

Mettons en route la spirale du "mieux sur terre" pour en finir avec la spirale infernale du négativisme et tous ensemble nous en sortirons vainqueurs, plus humains et  plus heureux encore !!!

Isabelle, une terrienne

Visitez Nos Sites Amis

10 février 2012 5 10 /02 /février /2012 10:09

 

u18899601

Promouvoir la boxe dans les quartiers sensibles pour favoriser l’insertion sociale.

 

    Tel est le but affiché de l’Académie Christophe Tiozzo, co-fondée par Christophe Tiozzo, ancien champion du monde de boxe des super moyens en 1990 et médaillé de bronze aux Jeux Olympiques de Los Angeles et Thomas Piquemal, ancien banquier d’affaires chez Lazard et directeur général des finances chez EDF.

 

    Si le premier site a vu le jour à Villiers-le-Bel, dans le Val-d’Oise en janvier 2009, * un deuxième club à Toulouse, soutenu localement à hauteur de 200 000 euros par de grands groupes et des fondations d’entreprises (le Groupe Casino, la Caisse d’Epargne Midi-Pyrénées, Veolia Propreté, Pacfa et par le Conseil régional, la Préfecture de la Haute-Garonne et la Mairie de Toulouse), a émergé un an plus tard. Installé dans le quartier du Mirail, au sein du centre commercial Casino de Basso-Cambo, le club s’étend sur une superficie de 900 m2.
 
Un succès sportif : le plus gros club de l’agglo en deux ans.

 

    « Notre objectif premier est de favoriser la pratique de la boxe anglaise à tout le monde. Enfants, étudiants, salariés, débutants ou confirmés, hommes, femmes sont les bienvenues. On initie le noble art aux plus petits, à partir de l’âge de six ans à travers la baby-boxe jusqu’à la pratique amateur plus poussée. Cette grande mixité sociale explique le succès de l’Académie toulousaine qui compte 270 licenciés après seulement deux ans d’existence. Nous sommes devenus le plus gros club de l’agglomération toulousaine. » explique Philippe Kaminski, le directeur technique.
 
     Si certains licenciés viennent pour se défouler et relâcher la pression après leur journée de travail à l’image de Marjorie, d’autres sont devenus de véritables « mordus » de cette discipline. Pour Cyril, la boxe est une véritable passion. Ce dessinateur en conception assistée par ordinateur de 32 ans s’entraîne tous les soirs et s’implique lors des séances dispensées par les entraîneurs du club. Une envie et une assiduité qui lui ont permis de participer à l’un des grands événements bi-annuels inter-clubs de l’Association, le stage de perfectionnement de boxe en altitude au camp d’entraînement de Bolquère, non loin de Font-Romeu, en août 2010.

       Poussé par Philippe Kaminski, Cyril validera en avril prochain le Prévôt, diplôme qui permet de tenir une salle de boxe en toute autonomie ainsi que d’encadrer des jeunes en Boxe Educative Assaut (BEA) et des boxeurs amateurs.

 

    Par ailleurs, d’autres initiatives devraient voir le jour dans le courant de cette année. Des séances "découverte" avec les écoles proches des quartiers de Basso-Cambo avec l’aide de l’association Rebonds, des séances de boxe dans le milieu carcéral (le dossier d’habilitation avec la Maison d’arrêt de Seysses va être déposé) ou encore la mise en place d’une pratique handiboxe, à destination des handicapés demeurent parmi les projets les plus significatifs de l’Association.
 
Une insertion sociale qui débute

 

    Si l’Académie vise avant tout l’insertion par le sport, elle n’en oublie pas le volet social. Pendant un an, les licenciés, jeunes chômeurs ou élèves déscolarisés sont suivis lors d’un « parcours d’insertion » afin de décrocher un emploi dans l’une des entreprises partenaires de l’Académie.

    « Nous n’avons pas vocation à nous substituer à Pôle emploi et aux autres institutions d’insertion. Nous identifions les licenciés et les orientons selon leur profil vers un stage, une formation ou un emploi. Nous nous occupons du démarchage auprès des DRH des entreprises partenaires par l’intermédiaire d’Emmanuelle David, chargée d’insertion des trois sites de l’Académie ainsi que des clubs labellisés » tient à préciser Philippe Kaminski.

 

    Aboubacar, 19 ans, jeune espoir qui a intégré l’Académie il y a un an, est au chômage depuis plusieurs mois. « Après avoir touché au secteur de la carrosserie qui finalement ne me convenait pas, je souhaite me réorienter vers le domaine de l’électricité. Je n’ai pas encore d’idée précise de ce que je vais faire, mais j’entamerai mon parcours d’insertion dans une quinzaine de jours avec Emmanuelle David. Pour le moment, je dois décrocher mon permis de conduire pour avoir plus de chances auprès de futurs employeurs et donc de décrocher un emploi pérenne ».

 

    A l’heure actuelle, sur le site toulousain, 25 "académiciens" ont été contactés et ont rencontré Emmanuelle David en 2011. Parmi eux, quatre ont été placés dont deux recrutés par ERDF Sud-Ouest.
 
*Un troisième club a ouvert ses portes dans le XIX eme arrondissement de Paris en septembre 2011. L’Académie compte également un réseau de 12 clubs labellisés à Marseille (sur deux sites), Nancy, Boulogne-sur-Mer, Noisy-le-Grand, Lormont, Nouzonville, Fumay, Bazeilles, Grenoble, Paris XVIIème Epinettes-Batignolles et Rillieux-la-Pape.

Partager cet article

Repost 0
Published by une terrienne - dans Education
commenter cet article

commentaires