Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

   Editorial

Et bien, c'est simple : l'idée est que nous ne pouvons plus accepter de nous laisser tyranniser par la politique du négativisme tous azimuts qui fait que l'on ne nous parle que de ce qui va mal, alors que partout dans le monde et à tout instant, des milliers de gestes, de paroles, de décisions, d'évènements, d'hommes sont porteurs de positif, d'espoir, de générosité, de progrès, d'humanité. Il est grand temps de se bouger : à nous de les chercher, de les débusquer, d'y prêter attention, et surtout d'en parler autour de nous.

Nous ne sommes pas programmés pour désespérer de tout. Nous sommes aussi capables du meilleur.

Mettons en route la spirale du "mieux sur terre" pour en finir avec la spirale infernale du négativisme et tous ensemble nous en sortirons vainqueurs, plus humains et  plus heureux encore !!!

Isabelle, une terrienne

Visitez Nos Sites Amis

12 mai 2013 7 12 /05 /mai /2013 21:35

L'immeuble des pauvres sauvé par la culture.

 

Cela se passe à Dijon, quartier des Grésilles. C'est un peu la Courneuve de la cité des Ducs. Mixité sociale habituée aux minima sociaux et cadre de vie en béton sans âme. La cité Boutaric, (c'est le nom de l'immeuble vilain), était promise à la démolition avec ses 147 logements dont un tiers totalement abandonné. 300 personnes y vivaient dans des conditions précaires et devaient être appelées à se faire loger ailleurs. Pendant plusieurs mois des entreprises culturelles de Dijon en quête de nouveaux bureaux ont entamé une réflexion avec les responsables de l'Opac afin d'envisager une éco-réhabilitation de l'immeuble, moyennant une utilisation d'une partie du bâtiment en logements et une autre à des fins d'activité économique.

Une première entreprise culturelle, Zutique productions, prit le parti de s'installer dans l'immeuble en 2007 en entamant un travail de médiation et de lien avec les habitants. trois autres entreprises suivront le mouvement en 2008 et 2010. D'emblée il ressort que la cité suscite l'intérêt du voisinage cassant l'isolement dans laquelle elle était confinée.

Le cadre de vie des habitants est aussi modifié et amélioré grâce aux actions des entreprises culturelles. Ces dernières profitèrent de cette installation groupée pour mutualiser les moyens de production et établir une gouvernance démocratique de leur fonctionnement.

Enfin des projets culturels seront réalisés avec la participation des occupants des logements. Autour d'un noyau d'une quinzaine de salariés, la coursive Boutaric pour désigner ce collectif, élargit son cercle de travail auprès de 200 salariés artistiques et techniques en fonction des besoins de production et est animée par une centaine de bénévoles, principalement habitants du quartier.

Devant l'ampleur de la réussite, une pépinière d'entreprises devrait s'installer au même endroit tandis que l'esplanade de la cité, étendue sur 5000 m2, recevra des jardins partagés et un théâtre de verdure.

La Coursive Boutaric a été lauréate du concours régional ESS 2012 en Bourgogne.

par Ph. bertrand, pour "Carnets de campagne"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

..

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by une terrienne
commenter cet article

commentaires