Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

   Editorial

Et bien, c'est simple : l'idée est que nous ne pouvons plus accepter de nous laisser tyranniser par la politique du négativisme tous azimuts qui fait que l'on ne nous parle que de ce qui va mal, alors que partout dans le monde et à tout instant, des milliers de gestes, de paroles, de décisions, d'évènements, d'hommes sont porteurs de positif, d'espoir, de générosité, de progrès, d'humanité. Il est grand temps de se bouger : à nous de les chercher, de les débusquer, d'y prêter attention, et surtout d'en parler autour de nous.

Nous ne sommes pas programmés pour désespérer de tout. Nous sommes aussi capables du meilleur.

Mettons en route la spirale du "mieux sur terre" pour en finir avec la spirale infernale du négativisme et tous ensemble nous en sortirons vainqueurs, plus humains et  plus heureux encore !!!

Isabelle, une terrienne

Visitez Nos Sites Amis

1 décembre 2012 6 01 /12 /décembre /2012 15:19

           

              QU'EST-CE QUE L'AUTARCIE ECOLO-INDUSTRIELLE  ?

 

     Dans la grande famille écologique, demandez la petite dernière, l'écologie industrielle. 

     Le bébé gris-vert a fait sa première sortie écologique à Troyes, le 17 et 18 Octobre dernier lors des Premières Rencontres  qui ont rassemblé les acteurs pionniers du Dunkerquois, de Champagne et de l'Aube, mais aussi du Québec.

     L'idée c'est de créer une "économie circulaire" entre entreprises voisines de telle façon que les déchets des unes deviennent les ressources des autres. Non seulement on gâche ainsi moins, mais on dégage en plus des gains de productivité insoupçonnés.

    Exemple : "la sucrerie Cristal Union d'Arcis sur Aube doit forcément laver ses betteraves terreuses, explique Grégory Lannou, du Club d'Ecologie Industrielle de l'Aube. Mais maintenant, après la douche, elle ne jette plus le sable. Elle le récupère et le livre à la société Eiffage qui en a besoin pour l'entretien des routes du département. Du coup, Eiffage pioche aussi moins dans les carrières".

    Quand le déchet est regardé comme un produit, les initiatives sont contagieuses.

    A Bar sur Aube,Voltalia produit chaleur et électricité, à partir des déchets du bois engendrés par le fabricant des meubles Cauval.

    A Buchères, la société Dislaub recycle les boues de stations d'épuration en engrais organiques.

    Mieux, l'Aube prépare pour 2014 une biogaz Vallée pour "méthaniser" à grande échelle les sous-produits agricoles et fournir de l'énergie ou de la chaleur à prix cassés aux PME et PMI associées.

    Non seulement l'écologie industrielle ne gâche pas, mais elle crée des emplois.

      de Guillaume Malaurie, pour le Nouvel Obs

Partager cet article

Repost 0
Published by une terrienne - dans Ecologie
commenter cet article

commentaires