Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

   Editorial

Et bien, c'est simple : l'idée est que nous ne pouvons plus accepter de nous laisser tyranniser par la politique du négativisme tous azimuts qui fait que l'on ne nous parle que de ce qui va mal, alors que partout dans le monde et à tout instant, des milliers de gestes, de paroles, de décisions, d'évènements, d'hommes sont porteurs de positif, d'espoir, de générosité, de progrès, d'humanité. Il est grand temps de se bouger : à nous de les chercher, de les débusquer, d'y prêter attention, et surtout d'en parler autour de nous.

Nous ne sommes pas programmés pour désespérer de tout. Nous sommes aussi capables du meilleur.

Mettons en route la spirale du "mieux sur terre" pour en finir avec la spirale infernale du négativisme et tous ensemble nous en sortirons vainqueurs, plus humains et  plus heureux encore !!!

Isabelle, une terrienne

Visitez Nos Sites Amis

25 mai 2012 5 25 /05 /mai /2012 17:16
 Le yoga, dont le nom vient du mot sanscrit qui signifie "réunir, joindre, mettre ensemble", suscite un intérêt de plus en plus grand.

 

 

     

 

 

 

 

 

 

   Le yoga, dont le nom vient du mot sanscrit qui signifie "réunir, joindre, mettre ensemble", suscite un intérêt de plus en plus grand. Près de 1,5 million de personnes le pratiquent en France, selon la FNEY. Cette tradition millénaire, née en Inde il y a environ 4 000 ans, "est une voie de connaissance de soi, une philosophie, une sagesse", souligne Isabelle Morin-Larbey, présidente de la FNEY et enseignante de yoga depuis trente-trois ans. En pratique, en combinant les postures, il s'agit d'harmoniser le travail du corps, du souffle et du mental, ce qui permet de se concentrer sur le moment présent.

    Cet engouement pour le yoga est lié à un besoin de maîtriser le stress. Face à une société du zapping permanent où les rythmes sont morcelés, cette discipline permet de trouverdu temps pour soi. "Alors que le yoga est souvent pratiqué comme une forme d'exercice physique, c'est d'abord une science du bien-être qui recherche la santé du corps et l'union entre le physique et l'esprit", décrit Carine Barco, hypnothérapeute et enseignante de yoga Iyengar, dont la spécificité est l'alignement des différentes parties du corps dans l'espace.

    "Le yoga cultive l'aptitude au bonheur. C'est en quelque sorte une voie royale pour prévenir les maux de l'esprit", ajoute-t-elle. Il aide à affronter les épreuves. "Cette discipline contribue à cheminervers plus de sérénité, au lieu de se rebeller contre quelque chose que vous ne pouvez pas changer", explique Andrée Maman, qui s'est retrouvée veuve à 40 ans avec deux enfants. Aujourd'hui âgée de 84 ans - elle en paraît quinze de moins -, ce médecin donne des cours à la FNEY. Une autre pratiquante explique que cela lui permet de mieux faire face à la mort de sa mère. "Le yoga m'a aidée à être claire avec moi-même, à mieux comprendre la souffrance des autres, dans la bienveillance", souligne le docteur Michèle Desrues, qui anime un groupe de travail sur le yoga et les enfants à la FNEY. Car il s'adresse à tous, de 7 à ... plus de 77 ans. Certains parlent en souriant de technique anti-âge. Les athlètes, danseurs ou artistes y ont souvent recours. 

      "LE YOGA N'EST NI UN DOGME NI UN SPORT"

    Il y a aussi un effet de mode, comme pour toutes les disciplines autour du mieux-être, ce qui peut entraîner des dérives. Avec des formes comme le yoga Bikram, pratiqué dans une salle à 40 °C. Il existe même des concours de yoga, le dernier record étant de 7 postures en trois minutes ! Ce qui fait bondir Boris Tatsky, directeur de l'Ecole française de yoga du Sud-Est, pour qui cette discipline est l'inverse de la compétition. "Nous sommes là dans le domaine de la prouesse physique, et pourquoi pas, mais ce n'est pas l'esprit du yoga", explique I.M-L.

     Comment faire alors pour choisir le bon cours et le bon professeur ? Il existe de nombreuses déclinaisons, le hatha yoga étant la plus répandue. "Au premier cours, on le sent tout de suite, sinon on va voir ailleurs", conseille Renaud Cellier, directeur du mensuel Santé yoga, qui organise du 19 au 21 octobre un festival pour proposer au public de tester les différentes sortes de yoga. Pour éviter les dérives, "il faut être très exigeant sur la formation des enseignants", conseille Isabelle Morin-Larbey. Le professeur doit aussi s'inquiéter de la santé de ses élèves, de façon non intrusive, pour en tenir compte dans ses cours.

     Si rien n'est contraint dans le yoga et que son principe est de ne pas nuire, il demande une forme de rigueur. Faut-il en faire tous les jours ? Comme la course à pied ou le chant, c'est efficace à partir d'une heure par semaine. Toutefois, plus la pratique est régulière et constante, plus grands et profonds sont les effets. En général, les cours durent une heure et demie, mais ils peuvent aller jusqu'à deux ou trois heures pour les plus expérimentés. "Il n'y a pas de prosélytisme, le yoga n'est ni un dogme ni un sport", insiste Isabelle Morin-Larbey.

 

de Pascale Santi, pour Le Monde

Partager cet article

Repost 0
Published by une terrienne - dans Philosophie de vie
commenter cet article

commentaires