Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

   Editorial

Et bien, c'est simple : l'idée est que nous ne pouvons plus accepter de nous laisser tyranniser par la politique du négativisme tous azimuts qui fait que l'on ne nous parle que de ce qui va mal, alors que partout dans le monde et à tout instant, des milliers de gestes, de paroles, de décisions, d'évènements, d'hommes sont porteurs de positif, d'espoir, de générosité, de progrès, d'humanité. Il est grand temps de se bouger : à nous de les chercher, de les débusquer, d'y prêter attention, et surtout d'en parler autour de nous.

Nous ne sommes pas programmés pour désespérer de tout. Nous sommes aussi capables du meilleur.

Mettons en route la spirale du "mieux sur terre" pour en finir avec la spirale infernale du négativisme et tous ensemble nous en sortirons vainqueurs, plus humains et  plus heureux encore !!!

Isabelle, une terrienne

Visitez Nos Sites Amis

3 août 2011 3 03 /08 /août /2011 11:05

                   Une nouvelle banquière pour le micro-crédit

 

     A elle de continuer à faire vivre en France l'idée géniale du prix Nobel de la paix Muhammad Yunus : prêter de l'argent aux exclus désireux de créer leur activité. Catherine Barbaroux*, 62 ans, est la nouvelle "banquière des pauvres". Cette ancienne déléguée à l'emploi du temps de Martine Aubry reprend le flambeau de la très charismatique Maria Nowak à la tête de l'ADIE*. (Association pour le Droit à l'Initiative Economique). Avec 450 permanents, 1.700 bénévoles, 190 antennes, l'Adie a imposé le micro-crédit dans le paysage français.

Créateurs de sandwicheries, de boutiques, coiffeurs ambulants ... En 22 ans , l'association a créé 93.000 emplois en France, avec quelques belles success stories. Modestes, les clients de l'Adie sont à 51% chômeurs ou bénéficiaires du RSA, et 60% ont un niveau inférieur au BEP.

     La nouvelle patronne dit vouloir développer la marque "Adie", moins connue que le nom de sa fondatrice, toucher le plus possible de précaires via une "Semaine du micro-crédit" et également multiplier les permanences à Pôle Emploi. Elle compte également remonter la barre après la crise financière de 2008 qui a laissé des traces : le nombre de prêts stagne et le taux d'impayés, traditionnellement de 6%, est passé à 9% en 2010. Objectif : "doubler d'ici à  2015 le nombre de crédits accordés, actuellement à 12.000 par an."

 

     Chouchoute des médias, Maria Nowak fut souvent accusée de voler la vedette aux autres réseaux de soutien aux petits créateurs."Critique infondée, affirme Cattherine Barbaroux, nous ne sommes pas du tout en concurrence avec les autres associations, mais complémentaires. Nous nous cantonnons sur les plus petits prêts, de moins de 8.000€"

De fait, l'association France active et la plate-forme France Initiative, acteurs très importants de l"insertion par l'économique", soutiennent des projets plus importants, à coûts de garanties ou de prêts à taux zéro, à partir de 10.000-20.000€.

     Il est aussi régulièrement reproché au micro-crédit est de pratiquer des taux d'intérêt élevés. Mais selon Catherine Barbaroux, celui de l'Adie (9,71%) n'a rien de scandaleux."Nous-mêmes avons des coûts d'emprunt et de gestion de 6% et nous offrons un accompagnement professionnel qui rend souvent nos clients éligibles à d'autres prêts, ceux-là à taux zéro, résume-t'elle."

 

 * N° vert: 0800800566, www.adie.org

 

 Microfranchises pour nouveaux jobs

 

Proposer à des personnes peu qualifiées des jobs clés en main, sous franchise, en inventant des niches d'emploi, c'est la nouvelle idée lancée par Maria Novak, concrétisée sous le nom d'AMS, Adie Microfranchise Solidaire. Première-née de ces franchises sociales : Chauffeur &  Go. Cette coopérative propose à qui est empêché de conduire sa voiture, des conducteurs indépendants, mais sélectionnés, formés, "franchisés". D'autres projets de ce type sont en préparation : des vélobars, un service d'isolation des combles avec des tissus de récupérationou encore un lavage de voitures écologique, avec l'entreprise SINEO qui a inventé un produit nettoyant sans eau.

 

Jacqueline de Linarès pour Le Nouvel Obs. Juin 2011

Partager cet article

Repost 0
Published by une terrienne - dans Economie Sociale
commenter cet article

commentaires