Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

   Editorial

Et bien, c'est simple : l'idée est que nous ne pouvons plus accepter de nous laisser tyranniser par la politique du négativisme tous azimuts qui fait que l'on ne nous parle que de ce qui va mal, alors que partout dans le monde et à tout instant, des milliers de gestes, de paroles, de décisions, d'évènements, d'hommes sont porteurs de positif, d'espoir, de générosité, de progrès, d'humanité. Il est grand temps de se bouger : à nous de les chercher, de les débusquer, d'y prêter attention, et surtout d'en parler autour de nous.

Nous ne sommes pas programmés pour désespérer de tout. Nous sommes aussi capables du meilleur.

Mettons en route la spirale du "mieux sur terre" pour en finir avec la spirale infernale du négativisme et tous ensemble nous en sortirons vainqueurs, plus humains et  plus heureux encore !!!

Isabelle, une terrienne

Visitez Nos Sites Amis

10 mai 2011 2 10 /05 /mai /2011 15:45

                                               Paroles de Charlie Chaplin....

Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai compris qu’en toutes circonstances, j’étais à la bonne place,
au bon moment. Et alors, j’ai pu me relaxer. Aujourd’hui je sais que cela s’appelle… l’Estime de soi.


Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai pu percevoir que mon anxiété et ma souffrance émotionnelle n’étaient rien d’autre qu’un signal lorsque je vais à l’encontre de mes convictions. Aujourd’hui je sais

CharlieChaplin-generic[1]

que cela s’appelle… l’Authenticité.


Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai cessé de vouloir une vie différente et j’ai commencé à voir que tout ce qui m’arrive contribue à ma croissance personnelle. Aujourd’hui,je sais que cela s’appelle… la Maturité. 


Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai commencé à percevoir l’abus dans le fait de forcer une situation ou une personne, dans le seul but d’obtenir ce que je veux, sachant très bien que ni la personne ni moi-même ne sommes prêts et que ce n’est pas le moment… Aujourd’hui, je sais que cela s’appelle… le Respect. 


 

Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai commencé à me libérer de tout ce qui n’était pas salutaire, personnes, situations, tout ce qui baissait mon énergie. Au début, ma raison appelait cela de l’égoïsme. Aujourd’hui, je sais que cela s’appelle… l’Amour propre. Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai cessé d’avoir peur du temps libre et j’ai arrêté de faire de grands plans, j’ai abandonné les méga-projets du futur. Aujourd’hui, je fais ce qui est correct, ce que j’aime quand cela me plait et à mon rythme.

Aujourd’hui, je sais que cela s’appelle… la Simplicité.


Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai cessé de chercher à avoir toujours raison, et je me suis rendu compte de toutes les fois où je me suis trompé.

 

 

Aujourd’hui, j’ai découvert … l’Humilité. 

 

Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai cessé de revivre le passé et de me préoccuper de l’avenir. Aujourd’hui, je vis au présent, là où toute la vie se passe. Aujourd’hui, je vis une seule journée à la fois. Et cela s’appelle…la Plénitude.


Le jour où je me suis aimé pour de vrai, j’ai compris que ma tête pouvait me tromper et me décevoir. Mais si je la mets au service de mon coeur, elle devient une alliée très précieuse ! Tout ceci, c’est … le Savoir vivre. Nous ne devons pas avoir peur de nous confronter.

                  

                                   Du chaos naissent les étoiles.

 

                                                                         Charlie Chaplin

 

Partager cet article

Repost 0
Published by dumieuxsurterre.over-blog.com - dans Philosophie de vie
commenter cet article

commentaires

Eliz 01/08/2011 09:46


Petite promenade sur ce blog aux lunettes optimistes.
Ce post en particulier me parle beaucoup... merci Charlie.

Petite note d'humour avec ce texte de Woody Allen.
Bel été à vous tous :

"La vie devrait être vécue à l’envers.

On devrait commencer par mourir et ainsi, en deux temps trois mouvements, le trauma est passé.

Ensuite tu te réveilles dans un lit d’hôpital et te réjouis du fait de te sentir mieux jour après jour.

Ensuite on te laisse partir parce que tu vas mieux et la première chose que tu fais, c’est aller à la poste retirer ta pension dont tu jouis au mieux.

Avec le temps qui passe tes forces augmentent, ton physique s’améliore, les rides disparaissent.

Puis tu commences à travailler et le premier jour on t’offre une montre en or !

Tu travailles 40 ans jusqu’à ce que tu sois assez jeune pour profiter adéquatement de ton retrait de la vie professionnelle.

Ensuite tu passes de sorties en beuveries, tu bois, tu joues, tu baises et tu te prépares à commencer tes études.

Puis tu vas à l’école, tu joues avec tes amis, sans aucune espèce d’obligation ou de responsabilité, jusqu’à ce que tu sois un bébé.

Quand tu es suffisamment petit, tu t’enfiles dans un endroit que tu devrais connaître parfaitement entre-temps.

Les neufs derniers mois de ton existence, tu les passes à flotter tranquillement et sereinement dans un endroit chaud avec room service et plein d’affection, sans personne pour te casser les
bonbons.

A la fin, tu quittes ce monde dans un orgasme."

Woody Allen


une terrienne 04/08/2011 12:48



Salut Elise. trop sympa, ton commentaire. Merci. Ton opinion m'intéresse et je pourrais cibler davantage dans ce style désormais en pensant à toi.


Très bel été à toi également ! A bientôt, j'espère. Isabelle,


PS : je connaissais déjà ce texte de Woody Allen, assez intéressant et qui fait réfléchir ... en effet, pourquoi  pas ?