Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

   Editorial

Et bien, c'est simple : l'idée est que nous ne pouvons plus accepter de nous laisser tyranniser par la politique du négativisme tous azimuts qui fait que l'on ne nous parle que de ce qui va mal, alors que partout dans le monde et à tout instant, des milliers de gestes, de paroles, de décisions, d'évènements, d'hommes sont porteurs de positif, d'espoir, de générosité, de progrès, d'humanité. Il est grand temps de se bouger : à nous de les chercher, de les débusquer, d'y prêter attention, et surtout d'en parler autour de nous.

Nous ne sommes pas programmés pour désespérer de tout. Nous sommes aussi capables du meilleur.

Mettons en route la spirale du "mieux sur terre" pour en finir avec la spirale infernale du négativisme et tous ensemble nous en sortirons vainqueurs, plus humains et  plus heureux encore !!!

Isabelle, une terrienne

Visitez Nos Sites Amis

19 octobre 2011 3 19 /10 /octobre /2011 11:00

img015        Ils y avaient pensé comme on s'imagine un jour devenir astronaute ou président de la République. Sans vraiment y croire. Devenir journaliste ?

 

      Quand papa est ouvrier aux chantiers navals ou maman immigrée et célibataire, le rêve paraît inaccessible. Les grandes écoles de journalisme ?
Coûteuses et ultrasélectives : plus de mille candidats - souvent venus de Sciences-Po ou de prépas privées - pour une quarantaine de places dans les plus prestigieuses.

 

      Pourtant, Pierrick, Adama, Hayat ou Laure ont trouvé « la » solution : une préparation gratuite et intensive aux concours des treize établissements reconnus par la profession. Un training de pointe, proposé bénévolement par des journalistes en poste.

 

      Géré par l'association la Chance aux Concours, ce programme a étécréé en 2007 par des jeunes diplômés et des anciens du CFJ (Centre de Formation des Journalistes). Il propose
à une quinzaine de jeunes boursiers triés sur le volet des cours intensifs le week-end, des tutorats, une familiarisation avec le monde des médias.
Et surtout cette formation leur donne confiance... « Ils sont horriblement complexés à cause de leur anglais et de leur culture générale, qui sont de forts marqueurs sociaux. Alors, on
leur a prévu aussi des cours pour ça », dit Aline Richard, directrice de la rédaction du mensuel « la Recherche » et préparatrice bénévole.

 

       Bilan : près de la moitié des boursiers sélectionnés ont intégré une école de journalisme. Un score à faire rêver les grandes écoles (de commerce ou d'ingénieurs) qui organisent
des opérations similaires au nom de l'« ouverture sociale ».

 

      Ainsi démarrent de belles histoires d'ascension sociale :

- Adama, 24 ans, élevée en banlieue parisienne avec ses trois soeurs par une mère célibataire, auxiliaire de vie, a commencé sa carrière académique avec un BEP, travaillé pour financer ses études et franchi les étapes jusqu'à un master de littérature comparée francophone africaine. Grâce à la Chance aux Concours, elle a été reçue au CUEJ, la fameuse école de journalisme de l'Université de Strasbourg.

- Bernard (pseudo, NDLR), enfant d'immigrés asiatiques, a franchi le filtre de l'Institut français de Presse de l'université Paris-II (555 dossiers pour 23 places cette année !). En passant de la Seine- Saint-Denis à la rive gauche à Paris, il dit avoir « changé de planète » : « Les
codes, les repères, rien n'est pareil.

- Pierrick n'aime pas trop ces images d'Epinal misérabilistes. « Mon père était ouvrier, mais il m'a beaucoup aidé. » La prépa lui avait permis d'intégrer l'école de journalisme de Toulouse.
Il vient de remporter le « Tremplin de Radio-France des jeunes journalistes ». Lauréat parmi une centaine d'étudiants, il a droit à un CDE d'un an dans la maison !

 

     En ce pot de fin d'année, en juillet, chacun se réjouit des succès des autres. Tous disent :

« Sans la prépa, on n'y serait pas arrivés. »
Au nom de la promotion des « minorités visibles », fallait-il favoriser des candidats d'origine immigrée ?. « Surtout pas, insiste David Allais, le coordonnateur. Nous avons banni critères ethniques. Nous savions qui recruter uniquement des boursier, élargirait automatiquement les origines.»

En effet, le public de la Chance aux Concours est ethniquement plus varié que le vivier habituel des grandes écoles ; ça tombe bien, le CSA réclame inlassablement de la « diversité » dans les médias.

 

JACQUELINE DE LINARES pour Le Nouvel Observateur

Partager cet article

Repost 0
Published by une terrienne - dans Education
commenter cet article

commentaires