Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

   Editorial

Et bien, c'est simple : l'idée est que nous ne pouvons plus accepter de nous laisser tyranniser par la politique du négativisme tous azimuts qui fait que l'on ne nous parle que de ce qui va mal, alors que partout dans le monde et à tout instant, des milliers de gestes, de paroles, de décisions, d'évènements, d'hommes sont porteurs de positif, d'espoir, de générosité, de progrès, d'humanité. Il est grand temps de se bouger : à nous de les chercher, de les débusquer, d'y prêter attention, et surtout d'en parler autour de nous.

Nous ne sommes pas programmés pour désespérer de tout. Nous sommes aussi capables du meilleur.

Mettons en route la spirale du "mieux sur terre" pour en finir avec la spirale infernale du négativisme et tous ensemble nous en sortirons vainqueurs, plus humains et  plus heureux encore !!!

Isabelle, une terrienne

Visitez Nos Sites Amis

1 juin 2012 5 01 /06 /juin /2012 14:37

        Nos poubelles débordent… Ainsi à Paris la production de déchets par an et par habitant est-elle estimée à environ 350 kg, dont 20 à 30% sont des déchets biodégradables. Pour ces derniers, fini l’incinération, et place dorénavant au compost collectif. Car le compostage a longtemps été l’affaire de la campagne, mais il est temps de changer les habitudes !

 

C’est ce que s’est dit Jean-Jacques Fasquel - ex-cadre devenu la référence en matière de compost à Paris - lorsque, avec l’aide de l’organisme public propriétaire de sa résidence à Paris, il a rassemblé en juin 2008 quelques voisins sensibilisés au sujet pour créer un compost dans un coin de verdure de sa résidence de 500 personnes. « Ce n’est pas facile en ville de traiter des déchets organiques, mais j’ai voulu montrer que l’on pouvait réussir ce projet dans un milieu dense et urbain comme Paris, c’était un pari un peu fou », déclare-t-il.

 

Pari gagné pour cette démarche exemplaire de compost en pied d’immeuble, puisque 70 familles jouent maintenant le jeu en collectant 7 tonnes de déchets à l’aide de bioseaux, que le compost réalisé est à la disposition de tous les jardiniers en herbe, et que Jean-Jacques Fasquel est devenu à cette occasion… maître composteur. « Que ce soit par souci économique, écologique ou pédagogique, chacun a une bonne raison de composter » ajoute t-il « mais avant toute chose, cela a créé du lien social, les voisins se retrouvent, se parlent, s’entraident ».

 

Et ce pionnier du compostage commence à faire école. La ville de Paris a ainsi lancé un appel aux immeubles volontaires (dont elle subventionnera les équipements) et ce dernier a été intégré parmi l’équipe de maîtres composteurs pour ce programme de compost collectif de 25 immeubles parisiens. « Il n’est jamais difficile de convaincre les pouvoirs publics de financer ce genre de projet… C’est toujours beaucoup moins cher que de traiter des détritus à raison de 100 euros par tonne pour la collectivité » précise avec justesse Jean-Jacques Fasquel, qui depuis s’est lancé dans les ruches et les jardins potagers en ville.

Autrefois on allait au lavoir, bientôt nous bavarderons autour du bac de compostage



        C’EST QUOI UN COMPOST ?

Le compost est semblable à un terreau riche en humus et en minéraux. Et, comme le précise l’Ademe dans son Guide du compost, la transformation des matières organiques se fait naturellement avec le temps, mais, pour produire un bon compost, il est nécessaire de respecter trois règles simples : mélanger les différentes catégories de déchets (épluchures de fruits et légumes, pain, coquilles d’œuf, marc de café, feuilles, sciure, papier journal, laitages…), aérer les matières, et surveiller l’humidité. Un compost bien réalisé doit sentir « la forêt au printemps après la pluie ».

 

      LE COMPOST COLLECTIF A DE L’AVENIR

Mais tout le monde n’a pas le temps et l’espace pour créer son compost personnel. D’où l’idée des composts collectifs, véritables aventures de quartier de valorisation des biodéchets, dont l’enjeu est à la fois environnemental et social.

Car moins de déchets dans les ordures signifie moins de camions sur les routes pour les ramasser et moins de pollutions à l’incinération. Et parce que c’est un moyen d’échanger entre voisins, et de participer ensemble à améliorer les choses au niveau local.

Une démarche que chaque citoyen peut porter au sein de son immeuble, son quartier, son entreprise, ou son école, et qui peut être aidée par le Réseau compost citoyen. Ce réseau a en effet pour objectif d’informer sur le compost, de fédérer les moyens et d’échanger sur les pratiques, tout en faisant la promotion du compost citoyen sous toutes ses formes (lombricompostage, compostage individuel, collectif ou de quartier, en milieu rural ou urbain).

Quand le compost permet de rassembler les écocitoyens d’un quartier…

 

COMMENT S’IMPLIQUER ?

- si vous n’avez pas encore de compost collectif, faire l’acquisition d’un lombricompost pour son intérieur
- pousser vos élus à financer des composts collectifs
- amener vos déchets au compost collectif s’il existe

 

Pour aller plus loin :

Blog de Jean-Jacques Fasquel : compostproximite.blogspot.com
Compost à Paris :compostaparis.blogspot.com
Guide du compost : www.ademe.fr

Réseau compost citoyen : www.reseaucompost.org

 

Partager cet article

Repost 0
Published by une terrienne - dans Ecologie
commenter cet article

commentaires

Jérémie 06/06/2012 17:24

Bravo, belle initiative !
Il est absurde d'incinérer ou d'enfouir des déchets organiques qui, in fine, sont avant tout constitués d'eau !!
D'autant que les sols de la planète s'appauvrissent en matière organique...
Pour d'autres initiatives de ce type, dans une perspective plus architecturale et urbanistique : l'expo Re-architecture, au pavillon de l'arsenal, à Paris !

une terrienne 07/06/2012 14:49



Merci pour ces commentaires passionnés et convaincants, qui en plus, donnent bien envie d'aller voir cette exposition à l'Arsenal !