Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

   Editorial

Et bien, c'est simple : l'idée est que nous ne pouvons plus accepter de nous laisser tyranniser par la politique du négativisme tous azimuts qui fait que l'on ne nous parle que de ce qui va mal, alors que partout dans le monde et à tout instant, des milliers de gestes, de paroles, de décisions, d'évènements, d'hommes sont porteurs de positif, d'espoir, de générosité, de progrès, d'humanité. Il est grand temps de se bouger : à nous de les chercher, de les débusquer, d'y prêter attention, et surtout d'en parler autour de nous.

Nous ne sommes pas programmés pour désespérer de tout. Nous sommes aussi capables du meilleur.

Mettons en route la spirale du "mieux sur terre" pour en finir avec la spirale infernale du négativisme et tous ensemble nous en sortirons vainqueurs, plus humains et  plus heureux encore !!!

Isabelle, une terrienne

Visitez Nos Sites Amis

1 juillet 2011 5 01 /07 /juillet /2011 17:32

                                      Une huile qui a de la patate

                  ou comment un journaliste écolo est devenu industriel du recyclage

 

         Récemment, une boîte de com lui a conseillé de rebaptiser son entreprise Proximeo, parce que "ça sonne mieux". "Pas question" a répondu Grégory Gendre qui aime trop "Roulemafrite" (www.roulemafrite.fr), le nom de la société, futur label pour la collecte et le recyclage des déchets

"Au début, quand les gens entendaient ce nom, les gens pensaient que j'avais pété un câble: aujourd'hui, c'est le respect" raconte le patron de cette PME à l'enseigne estampillée "développement durable" (4 salariés, 180.000€ de chiffre d'affaires) qui deviendra peut-être un jour leader du recyclage de proximité des emballages ménagers.

 

          Ancien journaliste, transfuge de Greenpeace, Grégory Gendre, 33 ans, n'a pas les deux pieds dans le même sabot. Sensibilisé au recyclage par l'affaire du "Clémenceau", porte-avions désaffecté errant de port en port à la recherche d'un chantier acceptant de le désamianter, ce natif d'Oléron saute sur l'occasion quand un compère marseillais monte un business de récupération.

 

          A Oléron, son île natatle, qui passe l'été de 30.000 à 300.000 habitants, restaurants, campings, résidences en location ne savent que faire de leurs vieilles huiles de friture. En 2006, Gendre crée une structure associative, bientôt rejointe par 90 adhérents. Avec un utilitaire Renault, Roulemafrite collecte les bidons d'huile usagée. Transportée jusqu'à une station de filtration où les "bonnes" huiles sont recyclées pour servir de carburant pour engins de chantier, tracteurs, taxis travaillant en bicarburation.

        L'affaire se développe. En 2008, lors de la première édition des Entrepreneurs d'Avenir organisée par l'Université de Tous les Savoirs, Gendre rencontre Arnaud Mourot, le patron d'Ashoka France. Séduit par une démarche reproductible, ce dernier l'introduit dans son réseau. Devenu "Ashoka fellow" au terme d'un parcours du combattant qui l'oblige à affiner son modèle, Gendre bénéficie d'une bourse (qui lui paie son salaire pendant 2 ans) et des conseils de "business angels" en marketing et finance. En prime, l'accès à un réseau d'entrepreneurs sociaux travaillant sur des problématiques environnementales proches.

 

        La société change de braquet avec l'autorisation du Ministère de l'Intérieur de faire tourner le petit train touristique d'Oléron avec le carburant recyclé. Une vitrine qui lui ouvre un marché potentiel de ...140 millions d'huile usagée. Et le convainc, associé à un labo de Poitiers, d'appliquer son savoir-faire à d'autres déchets (nourriture, coquilles de moules), revalorisés notamment pour la plasturgie.. Devenue société coopérative d'intérêt collectif (avec accès désormais aux prêts des banques et aux crédits de Bruxelles), Roule ma frite essaime. A Charleville Mézières, Limoges ou  à La Réunion... Et les grandes entreprises (Veolia), qui avaient naguère snobé Gendre, réfléchissent avec lui à de nouveaux horizons. Cerise sur le gâteau : un partenariat facilité par Ashoka avec eco-Emballages, qui souhaite démultiplier à l'échelle nationale son expérience en circuit court sur les emballages ménagers. Pas mal pour un entrepreneur qui ne s'est jamais rêvé une huile !

 

Jean-Gabriel FREDET pour Le Nouvel Observateur.

Partager cet article

Repost 0
Published by une terrienne
commenter cet article

commentaires