Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

   Editorial

Et bien, c'est simple : l'idée est que nous ne pouvons plus accepter de nous laisser tyranniser par la politique du négativisme tous azimuts qui fait que l'on ne nous parle que de ce qui va mal, alors que partout dans le monde et à tout instant, des milliers de gestes, de paroles, de décisions, d'évènements, d'hommes sont porteurs de positif, d'espoir, de générosité, de progrès, d'humanité. Il est grand temps de se bouger : à nous de les chercher, de les débusquer, d'y prêter attention, et surtout d'en parler autour de nous.

Nous ne sommes pas programmés pour désespérer de tout. Nous sommes aussi capables du meilleur.

Mettons en route la spirale du "mieux sur terre" pour en finir avec la spirale infernale du négativisme et tous ensemble nous en sortirons vainqueurs, plus humains et  plus heureux encore !!!

Isabelle, une terrienne

Visitez Nos Sites Amis

10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 19:24
    C’est une idée assez folle, née dans la tête d’un jeune doctorant en physique nucléaire devenu agriculteur. Conceptualiser, produire et diffuser librement les 50 machines qui permettront aux communautés de s’adapter aux changements que le monde va connaître dans les années à venir. Ou quand la pensée Open Source se met au service de l’idéal d’auto-subsistance.

 

      Notre espèce se définit par sa relation avec les machines. Depuis bientôt 10 000 ans, nous sommes devenus toujours plus spécialisés, nous avons produit à des échelles de plus en plus vastes, et les gains en productivité qui en ont découlé ont permis à une partie de l’Humanité de vivre dans une relative abondance. Il existe cependant un désir grandissant de nos jours de renverser ce paradigme, de redéfinir cette relation que nous entretenons avec les machines. 

 

  Open Source Ecology est sans doute l’un des projets les plus innovants et ambitieux  de ce mouvement. Sous l’impulsion du fondateur Marcin Jakubowski, un groupe d’ingénieurs et de designers est en train de conceptualiser et produire le " Global Village Construction Set ",  les 50 machines nécessaires à une communauté pour vivre de manière auto-subsistante. Et tout ceci depuis une ferme au fin fond du Missouri.

 

     L’histoire commence il y a quelques années, alors que Marcin Jakubowski, après avoir terminé son doctorat de physique nucléaire, s’installe sur une ferme et se lance le défi de l'exploiter en accord avec les principes de la permaculture. Rapidement, il prend conscience que les coûts pour acheter et surtout réparer toutes les machines dont il a besoin sont en train de couler son exploitation. Il décide alors de concevoir et fabriquer lui-même ses machines, en commençant par son tracteur, avec un pré-requis fondamental : qu’il soit facilement réparable et modifiable. Suivant les logiques de l’Open Source, il met ses plans en ligne, agrémentés de vidéos explicatives pour que n’importe qui à travers le monde puisse librement reconstruire et améliorer à son tour son tracteur. Les bases du projet Open Source Ecology sont posées.

 

 

     Le projet a depuis pris de l’ampleur et ce sont donc près de 50 machines que Marcin Jakubowski, épaulé par de nombreux volontaires, prévoit de concevoir avant la fin de l’année sur la Factor e Farm. Tout comme les villes en transition, le projet Open Source Ecology se conçoit à l’échelle locale, de la communauté. Cependant, alors que les villes en transition s’intéressent davantage à réorienter localement la production et à diminuer la dépendance énergétique au niveau des villages ou des quartiers, ici c’est le rapport à l'outil de production que l'on souhaite redéfinir.

 

      La planification à long terme du projet a déjà été établi : une fois les 50 machines du « Global Village Construction Set » conçues, il s’agira de reproduire l'expérience au sein de différentes fermes-pilotes à partir de 2014, avant de lancer le projet à plus grande échelle à l’horizon 2016. Et les retombées potentielles sont impressionnantes : on peut se prendre à rêver d'un dense réseau de communautés connectées, partageant méthodiquement toutes les améliorations apportées aux différentes machines, créant ainsi une véritable émulation.

 

 

 

     Ce projet est donc à suivre avec attention, d’autant plus que ses concepteurs semblent avoir parfaitement intégré les logiques propres aux nouvelles technologies de l'information et de la communication. Au-delà de la philosophie open source constitutive de l'ADN d'OSE, ce projet à dimension très localisée a su exploiter avec brio les nouvelles formes de diffusion propres au web 2.0. La conférence de Marcin Jakubowski diffusée par la plate-forme TED, qui donne la parole aux créateurs et entrepreneurs du futur, a ainsi été l'une des plus regardées du site et a permis de donner une visibilité conséquente au projet. 

 

www.kiagi.org. le site des alternatives solidaires et responsables.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by une terrienne - dans Nouvelles technologies
commenter cet article

commentaires

Stéphane Wadirum 14/03/2012 10:31

Super intéressant. Peut être que nos enfants pourront construire ces machines.
Ce blog est vraiment indispensable !

une terrienne 10/02/2013 09:48



Bien sûr ! Espérons-le !



Rigobert Taluk 10/03/2012 19:59

Bonjour,
Quelle info enthousiasmante!!
Pourriez-vous svp, chère bloggeuse, nous indiquer la source de cette info, afin que nous allions chercher plus d'infos?
Bonne continuation !

RT.

une terrienne 11/03/2012 19:02



Bien entendu ....où ai-je la tête ? voici le site : www.kiagi.com.


Je l'ai rajouté à la fin de l'article.


Merci encore de votre intéret pour le blog et ses nouvelles !


Bien à vous, une terrienne