Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

   Editorial

Et bien, c'est simple : l'idée est que nous ne pouvons plus accepter de nous laisser tyranniser par la politique du négativisme tous azimuts qui fait que l'on ne nous parle que de ce qui va mal, alors que partout dans le monde et à tout instant, des milliers de gestes, de paroles, de décisions, d'évènements, d'hommes sont porteurs de positif, d'espoir, de générosité, de progrès, d'humanité. Il est grand temps de se bouger : à nous de les chercher, de les débusquer, d'y prêter attention, et surtout d'en parler autour de nous.

Nous ne sommes pas programmés pour désespérer de tout. Nous sommes aussi capables du meilleur.

Mettons en route la spirale du "mieux sur terre" pour en finir avec la spirale infernale du négativisme et tous ensemble nous en sortirons vainqueurs, plus humains et  plus heureux encore !!!

Isabelle, une terrienne

Visitez Nos Sites Amis

28 décembre 2011 3 28 /12 /décembre /2011 16:15

img1691         Dans la basilique de la Nativité de Bethléem, lieu de naissance de Jésus pour les chrétiens, une crèche grandeur nature  a été installée représentant la Sainte Famille et les Rois mages richement vêtus.

        "Beaucoup de Palestiniens musulmans fréquentent la Nativité", précise Père Stéphane, le responsable de la communauté des franciscains. "parce qu'ils la considèrent comme un lieu culturel, mais aussi parce que, dans le Coran, Jésus est un prophète, et l'Islam n' a pas de mal à dire que Jésus est né ici".
 

 

          Avant la création d'Israël en 1948, et l'arrivée massive de réfugiés palestiniens dans la région, 90% de la population de Bethléem était chrétienne, ajourd'hui, ils ne sont plus que 35%. Le soir, la ville clignote en vert et rouge. Un sapin immense est dressé sur la place de la Mangeoire.. Et à la tombée de la nuit, des chorales et des groupes de musique chrétiens jouent devant un public majoritairement musulman.
         "Nous sommes un exemple de cohabitation", estime Fadi Kattan, chrétien militant au sein d'un mouvement de résistance populaire non-violente à l'occupation israelienne. "Etre une minorité, ce n'est pas qu'une question de nombre d'habitants, c'est aussi un rôle au sein de la société. A Bethléem, les chrétiens ne sont pas une minorité, car, concernant le fonctionnement de la ville, les engagements économiques et le rôle politique, ils sont à égalité avec les musulmans. Nous sommes très loin de ce qui se passe en Irak, ou avec les coptes en Egypte".

 

         Même sentiment chez Victor Batarseh, le maire catholique de Bethléem. " Il y a parfois des frictions, souvent liées à des histoires d'amour entre jeunes des 2 communautés, car notre société ne croit pas  aux mariages mixtes pour l'instant. Mais la coexistence entre musulmans et chrétiens est très bonne", insiste-t'il." Le président Mahmoud Abbas assiste tous les ans aux 3 messes de minuit de Noël (catholique romaine, grecque orthodoxe et arménienne). Cela montre que nous, chrétiens et musulmans, ne formons qu'un seul peuple en tant qu'Arabes palestiniens."

       A Bethléem, comme ds neuf autres villes de Cisjordanie, le maire est chrétien par décret présidentiel, renouvelé à chaque élection municipale, afin de "maintenir la particularité  de ces villes liées à l'histoire de J-C". Le conseil municipal compte 8 élus chrétiens et 7 élus musulmans, dont certains sont membres  du mouvement islamiste du Hamas.

 

       Cet équilibre sera menacé à terme si l'exode des chrétiens se poursuit. Le maire situe le pic de l'émigration au début des années 2000, lors de la deuxième Intifada, mais constate que le mouvement se poursuit, à cause du mur de séparation construit par Israël, des conditions économiques et du manque de perspectives politiques.

       C'est pourquoi, afin de maintenir une forte présence chrétienne, les franciscains, présents depuis le 14ème siècle à Bethléem, mettent à la disposition de la population, une école pour 2100 élèves, un centre sportif et social, et grâce aux pélerinages, fournissent 300 emplois aux chrétiens.

 

Véronique Falez, pour Le Monde (extraits)

Partager cet article

Repost 0
Published by une terrienne - dans Sociologie
commenter cet article

commentaires