Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

   Editorial

Et bien, c'est simple : l'idée est que nous ne pouvons plus accepter de nous laisser tyranniser par la politique du négativisme tous azimuts qui fait que l'on ne nous parle que de ce qui va mal, alors que partout dans le monde et à tout instant, des milliers de gestes, de paroles, de décisions, d'évènements, d'hommes sont porteurs de positif, d'espoir, de générosité, de progrès, d'humanité. Il est grand temps de se bouger : à nous de les chercher, de les débusquer, d'y prêter attention, et surtout d'en parler autour de nous.

Nous ne sommes pas programmés pour désespérer de tout. Nous sommes aussi capables du meilleur.

Mettons en route la spirale du "mieux sur terre" pour en finir avec la spirale infernale du négativisme et tous ensemble nous en sortirons vainqueurs, plus humains et  plus heureux encore !!!

Isabelle, une terrienne

Visitez Nos Sites Amis

5 mars 2016 6 05 /03 /mars /2016 18:10

Les femmes kurdes : l’arme ultime contre l’Etat Islamique

Dans la guerre qui fait rage en ce moment entre l’Etat Islamique et les forces kurdes, soutenues depuis peu par l’Occident, il est une fraction de l’armée qui combat les djihadistes dont on ne parle pas assez. Depuis les années 1990, les autorités kurdes sont les seules à s’être dotées d’un corps d’armée exclusivement féminin. Contre des combattants islamistes ne reconnaissant aucun droit aux femmes, et encore moins celui de se battre sur un champ de bataille, il s’agit là d’une arme de choix. Décryptage.

kurdes

Quand on pense au conflit qui fait rage en Irak, au milieu d’une zone qu’on a tendance à considérer comme peu regardante envers les droits des femmes, et particulièrement face à l’Etat Islamique qui lutte pour imposer une société aux mœurs radicales, on a du mal à s’imaginer qu’une partie des soldats qui luttent sont du sexe féminin. Pourtant c’est le cas, et ces guerrières kurdes posent énormément de problèmes aux fidèles de l’Etat Islamique.

Une armée vieille de plus de vingt ans

La création d’un corps d’armée féminin kurde date des années 1990. C’est en Turquie, au sein du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) d’Abdullah Öcalan qu’il est apparu pour la première fois en 1995. Pour le leader du mouvement indépendantiste kurde, “la paix des Kurdes passe par les femmes”. Cette initiative a permis au mouvement d’élargir son soutien féminin, passant de quelques intellectuelles au milieu des années 1980, à 2000 femmes issues de tous les milieux sociaux parties rejoindre l’armée du PKK dans les montagnes de l’Est de l’Anatolie. Sur une armée de 6000 âmes, cette participation n’est pas négligeable, et témoigne d’une véritable volonté d’émancipation de la part de ces femmes prêtes à se battre pour leur cause.

kurdesCette spécificité kurde ne s’est pas cantonnée à la fraction turque de l’aire de peuplement kurde, et c’est particulièrement intéressant au vu des événements actuels au nord des territoires syriens et irakiens. En Irak, les femmes combattantes se sont organisées depuis le 18 novembre 1996, mais ne sont pas aussi nombreuses que dans les montagnes turques. Ces soldates, totalement intégrées à l’armée régulière kurde composée de 200 000 peshmergas, se battent aux côtés de leurs frères masculins sans qu’aucune distinction ne soit notable. En Syrie, ce sont les Unités de défense du peuple (YPG) qui encadrent les forces armées kurdes. Le journaliste Hamid Messoud de France 24 est allé suivre les femmes qui y combattent . Elles ne représentent pas moins de 40 % des 40 000 soldats qui se battent contre les forces islamiques à la frontière syro-irakienne.  Le journaliste témoigne de la volonté de ces femmes de ne pas être différenciées de leurs compères masculins: à la guerre comme à la guerre, aucune raison de traiter qui que ce soit avec une régime spécial. Ceci dit, pour beaucoup d’entre elles, le combat contre les forces de l’Etat Islamique est d’autant plus important qu’il représente une lutte pour la condition féminine contre l’oppression et l’aliénation de la femme, incarnée selon elles par des islamistes qui voudraient les “ramener au Moyen-Âge”.

Des djihadistes désemparés

Ces femmes sont donc de vraies peshmergas – terme qui signifie « ceux qui affrontent la mort » – et c’est ce qui les rend redoutables contre les djihadistes de l’armée islamique. Si eux aussi se vantent de ne pas craindre la mort pour imposer leurs idées, c’est tout de même sous une condition : ne pas mourir sous les balles d’une femme. Ces soldats que rien ne semble faire trembler ont tout de même un talon d’Achille. Chacun d’entre eux porte autour du cou une petite clef, censée leur ouvrir les portes du paradis pour rejoindre leurs soixante-dix houris, vierges célestes récompensant les bienheureux, tant désirées au cours de leur vie terrestre. Seulement, si un djihadiste est tué par une femme, il ne pourra pas accéder aux portes du paradis. Une phobie qui croît au sein des troupes du Daech à mesure que le PKK et les autres organisations kurdes mettent leurs troupes féminines à contribution. Selon l’une des peshmergas, luttant à la frontière syrienne, “ces hommes se pensent supérieurs, en droit de réduire les femmes à l’esclavage, mais ils tremblent comme des feuilles mortes à la simple vue d’une silhouette féminine sur le champ de bataille”.

kurdes

Ces femmes, en plus de leur courage et de leur détermination sans faille, sont donc un atout particulièrement précieux pour l’opposition armée à l’Etat Islamique. En défendant leur territoire et leurs familles chaque jour sur les steppes arides du nord de l’Irak, elles promeuvent la conception d’une femme libre et émancipée.

Benjamin Delille

Partager cet article

Repost 0
Published by une terrienne - dans Sociologie
commenter cet article

commentaires

pivin jacqueline 14/03/2016 09:51

Génial !! ça donnerait presque envie de s'engager dans l'armée kurde . .. plus sérieusement , quel courage , quelle force admirable ces femmes ont dû déployer pour entrer dans l'armée, s'entraîner , combattre . Quel exemple aussi .

jérémie 07/03/2016 17:14

Intéressant, ce talon d'Achille des djihadistes...!

françoise 06/03/2016 12:36

Bravo les femmes! Elles ont du courage et font mon admiration. Je ne peux que répéter bravo.