Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

   Editorial

Et bien, c'est simple : l'idée est que nous ne pouvons plus accepter de nous laisser tyranniser par la politique du négativisme tous azimuts qui fait que l'on ne nous parle que de ce qui va mal, alors que partout dans le monde et à tout instant, des milliers de gestes, de paroles, de décisions, d'évènements, d'hommes sont porteurs de positif, d'espoir, de générosité, de progrès, d'humanité. Il est grand temps de se bouger : à nous de les chercher, de les débusquer, d'y prêter attention, et surtout d'en parler autour de nous.

Nous ne sommes pas programmés pour désespérer de tout. Nous sommes aussi capables du meilleur.

Mettons en route la spirale du "mieux sur terre" pour en finir avec la spirale infernale du négativisme et tous ensemble nous en sortirons vainqueurs, plus humains et  plus heureux encore !!!

Isabelle, une terrienne

Visitez Nos Sites Amis

26 janvier 2014 7 26 /01 /janvier /2014 18:03
Un antidote à la morosité et au pessimisme : "le Happy Show"

A la Gaieté Lyrique

Le graphiste Stefan Sagmeister écrit sa mélodie à la Gaîté-Lyrique, à Paris, dans une exposition ludique et décalée où il fait partager sa quête personnelle

Un antidote à la morosité et au pessimisme. Le " Happy Show " que présente Stefan Sagmeister à la Gaîté-Lyrique (Paris 3e) pourrait bien doper le moral de tous les Français, qu'on dit les plus pessimistes parmi les peuples d'Europe, selon une étude Insee de mars 2013.

Prendre un ticket dans ce lieu voué jadis à l'opérette et transformé, depuis 2011, en temple des arts numériques et musiques actuelles, ne vous coûtera guère que 5 ou 7 euros, au plus. Ce qui n'est pas grand-chose pour profiter d'une heure trente de bonheur (durée estimée du parcours). Ou plus exactement, pour explorer ce pays où le bonheur pourrait être le roi absolu. Et où chacun de nous pourrait en porter la couronne ! L'exposition vous permettra d'apprivoiser les diverses manières d'y parvenir, de reconnaître les émotions positives qui nous y conduisent et celles qui nous en éloignent. Et d'en rire aussi. Surtout.

Sur place, pas de spectacle comique. Pas non plus de performance d'un psychologue " gourou " qui convierait ses concitoyens à une séance collective de thérapie comportementale. " The Happy Show " est une exposition interactive et participative à laquelle nous invite un graphiste. Le nom de Stefan Sagmeister ne vous dit peut-être rien. Cet artiste autrichien, New-Yorkais d'adoption, né en 1962, diplômé de l'université des arts appliqués de Vienne, est une star dans sa catégorie. Aux côtés des pop stars, tels les Rolling Stones, Lou Reed, David Byrne ou les Talking Heads, dont il a dessiné des pochettes d'albums et affiches devenues célébrissimes. En particulier le lion stylisé de l'album Bridges to Babylon, des Rolling Stones, le design des boîtes de l'album de David Byrne et Brian Eno,Everything that Happens, en 2009, et la fameuse pochette, en 1996, de Set the Twilight Reeling, un album de Lou Reed, sur laquelle il a calligraphié le visage du rocker, mort le 27 octobre 2013.

Pourquoi le bonheur, demande-t-on à l'artiste, enfant terrible du design graphique, qui s'est plus souvent distingué par une certaine irrévérence ? " J'ai toujours puisé mon inspiration dans les événements que j'ai vécus et les émotions que j'ai ressenties. Je suis comme tout le monde, je crois, avec mes obsessions, mes désirs, mes blocages et mes peurs, à la recherche du bonheur. "

Mais de là à bâtir une exposition autour de cette quête (et à s'engager dans un projet de film sur ce même thème, qu'il mène depuis plus de quatre ans et dont quelques extraits sont projetés dans le parcours de l'exposition), il y a un pas, que Stefan Sagmeister franchit avec une belle dose d'inventivité et d'innocence.

Invité à poser son " Happy Show " à Paris au terme d'une tournée nord-américaine, il ne cache pas sa joie de faire partager au public français ses expériences et pérégrinations. " J'écris sur le bonheur depuis toujours, dit-il. Depuis dix ans, je récolte maximes et préceptes que je tente d'appliquer dans ma vie et afficher aussi dans mes projets personnels et travaux graphiques. "

Ces messages, aphorismes et autres pensées, tous les murs de la Gaîté-Lyrique, des salles aux escaliers en passant par les toilettes, s'en font l'écho, dans une scénographie joyeuse, qui utilise essentiellement le jaune pour les cimaises et le noir pour les cartels. Deux couleurs emblématiques de la banane, le fruit sourire que Sagmeister affectionne dans ses créations. Quant aux textes écrits en français et en anglais, dessinés au feutre noir de la main de l'artiste, ils décoiffent. D'un second degré drolatiquement décalé et naïf, ses réflexions adressent un pied de nez malicieux à tous les marchands de pessimisme et autres " bonnets de nuit ".

Prenez une carte dans un distributeur. Si vous êtes perdu dans votre quête du bonheur, elle vous donnera au moins une mission à accomplir au cours de l'exposition. Par exemple, celle de rire comme un fou pendant quelques minutes… Plus loin, des piles de morceaux de sucre formant un message rougissent quand vous leur souriez. Là, le bonheur étant supposé être un muscle, vous enfourchez un vélo posé sur une estrade au milieu d'une salle obscure et pédalez pour accéder à votre indice de satisfaction, qui s'affiche sur un écran lumineux.

Ailleurs, des fresques de statistiques mesurent votre prédisposition au bonheur, selon que vous soyez homme, femme, jeune, vieux, en couple ou célibataire. On vous propose même de mâcher un chewing-gum pour estimer où vous en êtes sur l'échelle de la mélodie du bonheur ! Tout est à l'avenant : vidéos, photographies, journaux intimes… Il y a aussi des bonbons, des bambous, des bananes, du café et des fleurs. Et des interrogations sur la méditation, les drogues et la thérapie cognitive…

Mais attention, ne vous attendez pas à ce que cette exposition déroutante, décalée et caustique vous rende forcément heureux, prévient l'artiste. " Je vous dis ça pour que vos attentes soient moindres. S'attendre à moins est une bonne stratégie. "Bref, n'attendez pas de miracles. Les ballons de l'affiche, symbole de la fête s'il en est, ne disent pas autre chose. Le bonheur, il faut des efforts pour l'attraper et il est éphémère… N'empêche, Stefan Sagmeister et la Gaîté-Lyrique se mettent en quatre pour le mettre à votre portée. Avec un programme riche de conférences (sérieuses), projections, installations, ateliers d'activités diverses et variées pour tous. Ce serait vraiment dommage de ne pas en profiter.

Mélina Gazsi

The Happy Show.

La Gaîté-Lyrique, 3 bis, rue Papin, Paris 3e. Du mardi au dimanche à partir de 14 heures (le mardi jusqu'à 22 heures, du mercredi au samedi jusqu'à 20 heures et le dimanche jusqu'à 18 heures). Jusqu'au 9 mars. Gaite-lyrique.net

Partager cet article

Repost 0
Published by une terrienne
commenter cet article

commentaires

pivin jacqueline 26/01/2014 19:43

Le bonheur ... il vient quand et où on ne l'attend pas , on ne le reconnaît pas toujours sur le moment mais .." un souvenir heureux est peut-être sur terre plus vrai que le bonheur" .
On peut être très heureux en visitant une exposition ou un musée , et nous sommes de plus en plus nombreux à l'expérimenter , vu l'affluence dans les expositions des grandes villes .Mais le bonheur, ou tout au moins l'optimisme imposé , j'avoue que cela m'effraie un peu .

Une terrienne 02/02/2014 00:14

Non, Jacqueline, il n'y a vraiment pas de quoi s'effrayer, je t'assure